20 Novembre 2017 – Conférence "Pourquoi les meilleurs élèves de lycée ne viennent pas en informatique ? L’apport des recherches sur le genre"

12 h30 Amphi du LAMBRI, campus de Talence

Favoriser l’égal accès des femmes et des hommes en informatique : une série de 3 conférences dans l'année pour réfléchir, discuter, proposer. Il s'agit ici du premier volet.

Intervenants

  •  « Réussite scolaire et académique des filles et des garçons et orientation à l’université » Marion Paoletti, chargée de mission à l’égalité entre les femmes et les hommes, maître de conférence en science politique, Centre Emile Durkheim, université de Bordeaux
  • « Le genre pour les nul.le.s : pour comprendre la fuite des cerveaux des filles de l’informatique » Clément Arambourou, post doctorant en science politique et Magali Della Sudda, Chargée de recherche CNRSCentre national de la recherche scientifique en science politique, Centre Emile Durkheim

Alors que dans toutes les filières scientifiques et techniques la part des femmes augmente régulièrement, l’informatique est le seul domaine où, après avoir été proportionnellement bien représentée, la part des femmes est en régression. À l’université de Bordeaux, les femmes ne représentent que 18% de l'effectif étudiant en informatique. 

Cette (auto) exclusion des filles, qui obtiennent pourtant de meilleurs résultats que les garçons au lycée, constitue une perte de talents. Elle est d'autant plus dommage que les études d'informatique mènent à des emplois qualifiés avec un taux de chômage très faible. 

Les faits sont connus et suscitent de plus en plus de réflexions, travaux et propositions d’actions, dans le domaine académique comme dans les entreprises privées. Il en va en effet de l’idéal de mixité des groupes professionnels, mais aussi de justice sociale quand l’informatique joue un rôle croissant dans l’évolution des sociétés. 

C’est pourquoi des enseignantes et des enseignants de l’Université de Bordeaux, l’association « femmes et sciences » et la mission pour l’égalité entre les femmes et les hommes de l’université proposent à la communauté 3 temps de réflexion sur le sujet au cours de l’année 2017-2018. Il s’agit de valoriser la dimension pluridisciplinaire de notre université en faisant connaître les travaux en sciences humaines et sociales sur cette question, de s’inspirer d’expériences menées dans des groupes privés ou d’autres universités, d’échanger sur nos pratiques susceptibles d’avoir des effets qui parfois nous échappent.

Localisation de l’événement